Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélies, toutes les semaines (ou presque) et d'autres réflexions, quand je peux!

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélie pour la messe de la nuit de Noël │Année B

 

 

Je voudrais vous faire une confession, mon cœur était très inquiet pour vivre ce Noël. Je me suis bien demandé, plusieurs fois, ce que je pourrais dire dans cette nuit pas comme les autres. Et pourquoi ? Parce que beaucoup des membres de nos familles, de notre communauté, de notre pays et notre monde, souffrent. Ils souffrent de la solitude, ils sont traversés par l’épreuve de la maladie, ils sont éprouvés dans leur cœurs par le deuil, la fragilité, les cris silencieux qui étouffent les sourires et gâchent la fête !

 

Mais je me suis dit, au même temps, que cette nuit, pas comme les autres, est aussi le rappel du vécu de cette famille de Nazareth qui a dû quitter leur petit village pour partir s’inscrire dans un recensement, cette petite famille qui a dû traverser l’épreuve de l’inconnu, cette nuit est le rappel de cette famille qui portait en son sein le trésor de l’humanité et que, dans l’obscurité de la nuit et la gravité d’une situation qui pourrait tourner au drame, a vu toutes les portes se fermer par l’indifférence des cœurs durcis de ceux qui n’avaient plus la capacité de se laisser toucher par la difficulté d’autrui !

 

Dans la première lecture que nous avons entendue, la dernière phrase dit ceci : « Voilà ce qui fait l’amour jaloux (invincible) du Seigneur de l’univers. » En fait, il fait quoi cet amour ? Si nous regardons autour de nous, si nous focalisons la misère du monde, il fait quoi cet amour ? La réponse est dans l’évangile. Elle nous vient du vécu de cette petite famille de Nazareth et c’est le ciel lui-même qui nous le dit par la bouche des anges : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et oui, c’est Noël ! Et voilà ce qui est capable de faire l’amour invincible du Seigneur : il est capable de venir jusqu’à nous, il est capable de se faire petit enfant pour nous montrer que non seulement il nous porte, mais que nous pouvons le porter. Lorsque Dieu se fait petit enfant il nous invite à changer notre regard sur Lui. Quitter l’image d’un Dieu justicier et entrer dans la confiance d’un Dieu qui se fait fragile pour accueillir notre fragilité !

Dieu naît au sein d’une famille pauvre, d’un pays envahit, dans une nuit où toutes les portes leur sont fermées… le drame de l’Incarnation réside dans la banalité quotidienne, dans la pauvreté ! Le mystère de l’incarnation réside justement dans le fait que c’est dans la banalité quotidienne, dans ce qui est pauvre et fragile, que nous rencontrons Dieu !

 

Et en regardant ce qui nous entoure, en se rappelant de cette nuit-là, pas comme les autres, nous pouvons avoir cette certitude que c’est dans la nuit qu’il faut croire à la lumière. Quelles que soient les ténèbres qui recouvrent le monde, quel que soit la difficulté que nous traversons, réveillons notre espérance car Dieu n’abandonne pas son projet d’amour sur l’humanité ! Dieu ne nous abandonne pas car il nous aime ! Et le propre de l’amour c’est de traverser ensemble ce que nous devons traverser !

 

Et oui, c’est Noël ! Un enfant nous est né ! Dieu est venu jusqu’à nous pour que nous puissions aller vers lui dans la même confiance avec laquelle nous allons vers un enfant ! Et cette nuit nous pouvons être, chacun de nous, Bethléem, nous pouvons accueillir le Christ… ou rester indifférents ! Mais quoi qu’il en soit, il nous attend !

 

« Voilà ce qui fait l’amour invincible du Seigneur de l’univers », il vient lui-même, fragile comme un enfant, frapper à la porte de notre cœur pour nous dire que la Lumière n’est pas loin, pour renouveler notre espérance et pour nous faire voir le monde, les autres, notre propre vie, les situations que nous traversons et ceux qui nous entourent, pour les voir avec un regard renouvelé, confiant et laisser résonner cette parole : « Ne craignez pas » car aujourd’hui vous est né un Sauveur !

 

Faisons de cette nuit, cette nuit qui est notre aujourd’hui, faisons d’elle une nuit pas comme les autres en accueillant véritablement l’enfant Dieu ! Car le « peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière… »

 

(Is 9, 1-6 ; Ps 95 ; Tt 2,11-14 ; Lc 2, 1-14)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :