Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélies, toutes les semaines (ou presque) et d'autres réflexions, quand je peux!

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélie pour la Solennité de la Sainte Trinité │année B │2018

« Allez ! » Dis Jésus à ses disciples, et il continue : « De toutes les nations faites des disciples » D’abord, Jésus veut que ses disciples se mettent en mouvement. Jésus leur dit cela juste avant de monter vers le Père, l’Ascension. C’est la fin d’une période pour le commencement d’une autre. Si nous étions dans un film on pourrait imaginer que « le mot FIN s’inscrit sur une route qui ouvre vers l’infini.[1] » C’est exactement cela qui va se passer. « Aller » c’est se déplacer, quitter sa zone de confort, se mettre en marche. Mais cette parole du Christ n’est pas une invitation à partir pour ne rien faire, sans direction ni but précis, c’est aller pour faire des disciples en les baptisant « au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. » Indépendamment de notre avis sur la question, si nous sommes ici aujourd’hui c’est bien parce que ceux qui ont entendu cette parole ce jour-là ont répondu à cet appel du Christ.

Nous pouvons dire, je crois, que la question qui traverse toute l’histoire du monde avec Dieu est justement celle-ci : qui donc est Dieu ? La réponse à cette question ne peut voir le jour véritablement que si nous entrons en relation avec Lui. Le mystère de la Trinité que nous célébrons aujourd’hui est justement le mystère de ce Dieu qui est relation. Ce Dieu qui est à la foi Un et trois. Ce Dieu qui est à la fois au-dessus de nous, à côté de nous et en nous ! Je pourrais vous donner une définition théologique appuyée sur des critères philosophiques sur ce qu’est la Trinité. Mais sincèrement, quelle serait l’intérêt ? Certainement cela nourrirait notre intelligence, et il est important de la nourrir, mais la Trinité, dans l’absolue, ne devrait pas être expliquée, mais vécue ! Elle se vit au cœur même de notre foi. Notre foi ne peut porter des fruits que parce qu’elle est une foi-relation. Lorsque nous vivons cela, nous n’avons plus la nécessité de comprendre la Trinité, car nous la vivons. C’est comme l’amour véritable : nous n’avons pas besoin de le comprendre, mais de le vivre.

Et lorsque Jésus dis à ses disciples « Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » il dit, entre autres, mettez-vous en marche ! L’amour de Dieu se donne à tous ceux qui acceptent de le recevoir et votre mission, comme disciples, c’est de témoigner, par votre vie, que cette relation avec ce Dieu qui est, en lui-même relation, transforme votre vie !  Vivre cette foi-relation c’est consentir à être au moins deux ! C’est être ouvert au tiers. C’est porter ceux qui ont besoin et aussi se laisser porter. Vivre cette foi-relation c’est avoir le courage de ses disciples de se mettre en marche, en mouvement, d’approfondir la relation avec le Seigneur pour que, grâce à notre témoignage, d’autres soient transformés et que cette parole « Allez » s’actualise tous les jours pour que tant d’autres découvrent l’immense amour de ce Dieu qui est Père, Fils et Saint Esprit. Ce Dieu qui est relation ! N’ayons pas peur de nos fragilités, ni de nos fatigues. N’ayons pas peur de ne pas y arriver mais ayons dans nos cœurs cette certitude que le Christ, Dieu avec nous, est avec nous jusqu’à la fin !

(Dt 4, 32-34.39-40 ; Ps 32 ; Rm 8, 14-17 ; Mt 28, 16-20)

 


[1] Marie-Noëlle THABUT. L’intelligence des Ecritures.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :