Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélies, toutes les semaines (ou presque) et d'autres réflexions, quand je peux!

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélie pour le 13ème dimanche du Temps Ordinaire │Année B │2018

« Ne crains pas, crois seulement. » C’est ce que Jaïre a entendu de la bouche de Jésus lorsque les gens sont venus lui dire que sa fille était morte. Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander ce qui pourrait se passer dans notre cœur si c’était nous à la place de ce père. Il est allé rencontrer Jésus, il lui avait parlé de sa fille mourante et voilà que sur le chemin vers sa maison cette femme, qui était elle aussi en danger de mort, vient pour essayer de toucher ne serait-ce que le vêtement de Jésus pour être guérie. En tout cas, elle le croyait ! Nous nous rappelons bien de la suite, Jésus s’arrête en chemin pour découvrir qui l’avait touché et il y a donc la rencontre avec cette femme désormais, guérie. Et Jaïre attend, patiemment, que le maître puisse reprendre la route pour aller chez lui et guérir sa fille.

Mais lorsque Jésus peut enfin reprendre la route, il semble être trop tard. La fille de Jaïre est déjà morte et face à cette triste nouvelle, il y a cet appel à faire confiance. Cet appel à garder la foi.

Dans l’attitude de cet homme nous pouvons observer au moins 3 choses qui peuvent nous aider à grandir dans notre relation avec le Seigneur. La première c’est la simplicité. Ensuite la patience et enfin, la confiance.

Il est allé rencontrer Jésus alors qu’il était au milieu d’une foule et Jaïre lui, était certainement connu puisqu’il était l’un des chefs de synagogue. Mais un seul regard importait pour lui, celui de Jésus. Ensuite, après avoir fait sa demande, il a attendu. Il attend que Jésus se remette en marche, et il observe ce qui se passe. Et il est témoin du miracle. C’est peut-être grâce à cela qu’il était capable d’entendre cette phrase « ne crains pas, crois seulement ». Il entre dans la confiance, il pose un acte de foi. Simplicité, patience, confiance. Et il sera témoin d’un autre miracle. Mais, en fait, est-ce que c’est ça le plus important dans cet évangile ? Peut-être. Mais pour moi ce qui peut être aussi entendu ici c’est que le miracle n’est rien et ne sert à rien s’il ne transforme pas notre vie. Le miracle qui a lieu ici c’est pour nous rappeler que Dieu n’a pas fait la mort, il est le Dieu de la vie, et ce miracle-là, la vie, avec tout ce qu’elle a et qu’elle porte en elle, est le miracle le plus important. Et que face aux incompréhensions de la vie, aux combats quotidiens, face à ce qui peut nous mener au désespoir, nous sommes invités, appelés, exhortés à entrer dans la confiance. Invités à s’approcher du Seigneur avec simplicité. Nous sommes invités à lui présenter, comme Jaïre, notre cœur !

« Ne crains pas, crois seulement. » que cette parole du Christ puisse retentir dans nos cœurs dans les moments d’épreuves, autrement dit, ne crains pas, entre dans la confiance. Ne crains pas, je suis là, moi aussi, avec toi. Et je suis le Dieu de la Vie. Il est, notre Seigneur, le chemin et la vie !

(Sg 1, 13-15 ; 2, 23-24 ; Ps 29 ; 2Cor 8, 7.9.13-15 ; Mc 5, 21-43)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :