Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélies, toutes les semaines (ou presque) et d'autres réflexions, quand je peux!

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélie pour la solennité de la Nativité du Seigneur Année C│2018│messe de la nuit

Dieu, sur le banc des accusés?

 

Et si jamais nous pouvions juger Dieu ? Constituer un tribunal où nous, on serait les juges et Dieu, l’accusé ? Je pense, sincèrement, que nous avons tous, ou nous avons eu un jour, cette pensée et même cette quasi-certitude qui nous dit que si Dieu existait vraiment, alors il n’y aurait pas dû avoir ni le mal, ni la souffrance, ni les guerres… et j’en passe. L’existence de Dieu par elle-même, ne pouvait pas permettre qu’il existe des choses qui peuvent nous faire du mal. Et en fait, s’il existe, Dieu, soit il est bien indifférent à ce que nous vivons, soit, il est incompétent, tout simplement. Nous savons bien que cela n’est pas vrai !

 

Aujourd’hui nous sommes ici pour célébrer Noël. Célébrer la naissance de Jésus, ou en d’autres termes, célébrer l’entrée de Dieu dans notre espace, dans notre temps. Nous célébrons cette merveilleuse nouvelle qui nous montre que Dieu n’est, ni contre nous, ni indifférent à ce que nous vivons. Dieu est avec nous !

 

« Être avec » ce n’est pas simplement être à côté, marquer sa présence. Être avec c’est partager, c’est se donner, c’est entrer en relation. Nous pouvons parfois être ensemble, mais sans être avec ! Être les uns à côté des autres, mais sans être en relation les uns avec les autres. Et l’incarnation, la venue de Dieu parmi nous, est justement cette démarche de Dieu qui veut être en relation avec nous !

 

Mais qui dit relation dit réciprocité ! Une relation qui n’est pas réciproque, ne porte pas des fruits ! Ne porte pas à la vie ! Et le but ultime de toute relation c’est de donner à la vie ! Nous pouvons observer cela dans notre quotidien, lorsque nous avons des difficultés avec quelqu’un, bien souvent, cette absence de relation ne nous permet pas de « vivre », d’être présents. Accuser Dieu de ce qui ne va pas dans le monde ou dans notre vie, c’est oublier que ce même Dieu s’est fait petit enfant ! C’est oublier que ce même Dieu a décidé de devenir l’un de nous. Et Dieu devient humain ! Et si nous décidions d’êtres humains avec Lui ? Être HUMAIN, s’humaniser ! Se laisser transformer, bousculer, surprendre. Réapprendre à s’émerveiller, à écouter, à (se) donner, à (se) recevoir. Revenir à l’essentiel !

 

Dieu est devenu humain ! Et si nous acceptions de devenir divin, avec Lui ? Ça peut sonner étrange d’entendre cela, mais justement, s’humaniser, avec Dieu, c’est se rendre compte que nous sommes invités à être divins, autrement dit, nous sommes appelés à refléter la présence de Dieu dans notre monde ! Car il a fait de nous son peuple. Et « le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière. » Nous sommes appelés à être, à notre tour, lumières !

 

Nous allons repartir après la messe et reprendre le cours normal de notre vie ! Nous allons déposer le petit Jésus dans la crèche. Retrouver ceux que nous aimons, mais aussi ceux qui nous agacent, que nous avons du mal à aimer. Nous allons retrouver ce qui nous donne de la joie, mais aussi ce qui nous fait souffrir. Et si, en contemplant l’Enfant de la crèche, nous nous laissions regarder par Dieu ? Si nous nous laissions humaniser par Lui ? C’est-à-dire, nous laisser aimer, vouloir aimer ! Faire tomber les murs qui nous séparent pour créer des relations qui nous élèvent ? Quitter l’obscurité qui nous encerclement parfois, l’obscurité de la jalousie, de l’égoïsme, du matérialisme, de l’individualisme…  et entrer dans la lumière ! Et marcher avec Dieu ! Se laisser éclairer par sa Parole. Dieu avec nous ! Et si nous décidions d’être avec Lui ? De lui laisser une place, une véritable place dans notre vie ! S’assoir sur le banc des accusés avec Lui et voir, qu’en réalité, la seule chose dont on peut l’accuser, c’est de nous aimer d’un amour jaloux ! D’un amour qui veut se donner. Et nous accuser nous, de bien souvent vouloir rester dans notre indifférence sans vouloir élargir notre regard et voir que, malgré tout ce qui peut se passer, nous pouvons compter sur cet homme, sur ce Dieu, qui s’est fait petit enfant pour que nous puissions nous approcher de Lui.

 

« Un enfant nous est né !» Jésus est venu pour être avec nous ! « Un Fils nous a été donné ! » Et il nous apprend que nous sommes aimés d’un amour infini ! Qu’il soit au centre de notre vie, Jésus, car c’est Lui le vrai sens de Noël ! C’est Lui le cadeau qui nous est donné ! Acceptons-le avec un cœur généreux, pour qu’à notre tour, nous soyons un cadeau les uns pour les autres ! Laissons-nous surprendre par Jésus en ce Noël. Que nous puissions nous regarder et nous dire : en fait, c’est toi mon plus beau cadeau de Noel. Car par toi, je peux contempler le Christ qui se donne ! Par toi, je peux voir l’humanité que Dieu a aimé jusqu’à se donner lui-même ! Et avec toi, et transformé par la rencontre avec Dieu, je peux devenir plus humain ! Et alors, vivre un Joyeux Noël ! Joyeux Noël à tous !

 

(Is 9, 1-6 ; Ps 95(96) ; Tt 2, 11-14 ; Lc 2, 1-14)

 

Image - L'adoration à l'enfant: https://en.wikipedia.org/wiki/Gerard_van_Honthorst

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :