Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélies, toutes les semaines (ou presque) et d'autres réflexions, quand je peux!

EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélie du 33ème dimanche du Temps Ordinaire

En lisant les textes de ce dimanche, nous pouvons être assez déconcertés par certains passages. Comment Jésus peut-il dire que des nations se dresseront contre des nations ? Comment peut-il dire que des familles seront divisées à cause de Lui ? N’est-il pas le Prince de la Paix qui prie pour l’unité ? Oui, bien sûr, il l’est vraiment ! Et ce que nous lisons dans ces textes ne va pas à l’encontre de l’être même de Dieu ni de ce qu’il attend de nous.

Dans toute l’histoire de l’alliance de Dieu avec son peuple, ce qui est toujours une évidence c’est le désir de Dieu d’avoir la première place. Et il désire la première place car il sait que lui seul peut donner un véritable sens à notre vie. Lui seul peut nous aider à avancer, à vivre ce que nous avons à vivre dans la confiance et avec courage. Mais il sait aussi que nous sommes libres et que nous pouvons l’éloigner de nous et ne plus vivre sous son regard. Mais quoi qu’il se passe, le Seigneur nous invite toujours à entrer dans une démarche de confiance.

Et c’est bien de confiance dont il s’agit dans ces textes. Ce n’est pas du tout pour nous faire peur que Jésus nous dit tout cela. Au contraire, c’est pour nous rappeler que si nous lui faisons confiance, si nous permettons à Dieu d’exister dans notre vie, alors rien ne peut nous atteindre ni nous faire du mal. Même si nous traversons des épreuves, même si parfois nous avons l’impression que rien ne va, si le Seigneur occupe la première place, nous savons qu’il est présent ! Nous avons donc cette certitude intérieure qui nous fait dire que Dieu prend soin de nous.

En revanche, si nous sommes arrogants et que nous voulons nous suffire à nous-mêmes, alors nous n’avons que ce que nous avons semé. Ce n’est pas une question de méchanceté, mais une question de cohérence. Celui qui suit la voie de la vie, même si le chemin est difficile, récoltera de la vie. Celui qui suit la voie de la division, de l’arrogance et de l’auto-suffisance, récoltera aussi en conséquence.

Ces textes sont pour nous une occasion de nous redemander : où je place le Christ dans ma vie ? Est-il à la première place, c’est-à-dire, c’est Lui qui inspire mes gestes, mes paroles, mes actes ? Ou est-il plutôt annexe ? C’est-à-dire, je vais vers lui lorsque cela m’arrange, en l’instrumentalisant selon mes envies ? Quelle est le type de relation que je veux avoir avec Jésus ? Le suivre nous fait prendre de risques, certes ! Mais l’amour nous fait prendre de risques ! Toutefois, nous n’avons pas à nous inquiéter ni à en avoir peur car « même pas un cheveu de notre tête ne sera perdu » et si parfois nous nous décourageons, rappelons-nous de cette parole de Jésus : « c’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. » Mais quelle persévérance ? La persévérance dans l’amour ! Choisissons donc la vie, choisissons donc le Christ car lui seul peut donner sens à notre existence.

(Ml 3, 19-20a ; Ps 97 ; 2Th 3, 7-12 ; Lc 21, 5-19)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article