Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
El Padre

El Padre

Bienvenus dans mon univers ! Un endroit pour partager autrement l'expérience d'être prêtre.

Homélie du 24ème dimanche du Temps Ordinaire

 

L’une des choses qui m’ont surpris lorsque j'ai appris le français c’était la facilité avec laquelle nous employons le mot « pardon » de partout ! On bouscule quelqu’un : « pardon », on entre dans une pièce : « pardon », on demande le passage : « pardon »… pardon par-ci pardon par-là ! Mais à force de l’utiliser tout le temps et partout, nous finissons par oublier le vrai sens du mot !

 

Il est intéressant de voir comment Pierre pose la question à Jésus. C’est une question concrète ! Il savait bien que les frères doivent exercer le pardon mutuel de leurs offenses, mais la question principale c’est : combien de fois doit-on pardonner ? Jusqu’à sept fois, le chiffre parfait, dit Pierre ? Et Jésus demande à Pierre d’aller encore plus loin : non, pas 7 fois mais 70 fois 7 fois ! Autrement dit, aimer jusqu’au bout !

 

Le pardon, avant d’être quelque chose que nous donnons, c’est un don que nous recevons. Dans la parabole que le Christ raconte à ses disciples il nous montre bien cela : la dette de quelqu’un est remise par le roi car il se rend compte que celui qui lui doit de l’argent n’est pas en mesure de le rembourser. L’homme reçoit une grâce inespérée de la part du roi et est enfin libéré de sa dette. Et un don reçu gratuitement doit être donné gratuitement… chose que ce serviteur ne le fera pas ! Il va refuser de « pardonner » la dette de quelqu’un d’autre, c’est un signe que le « pardon reçu » de la part du roi n’est pas allé jusqu’au cœur de cet homme, il ne s’est pas laissé toucher jusqu’au fond de son cœur.

 

Mais le pardon n’est pas quelque chose d’automatique ! Nous avons besoin de temps parfois ! Pardonner l’autre c’est lui donner la possibilité d’être libéré et en le faisant, nous sommes libérés nous aussi. Et Dieu peut nous aider à vivre ce pardon si nous lui faisons confiance ! Car il ne s’agit pas simplement de dire « pardon » il est nécessaire que cela vienne transformer notre vie et c’est pour cela qu’il faut que le pardon vienne du fond du cœur ! Et le pardon est aussi un chemin… qui peut être difficile à arpenter mais si nous avançons sur ce chemin avec le Christ il nous aidera à nous donner au-delà même de ce que nous avons l’impression que nous sommes capables de donner.

 

Le pardon, le vrai, ne peut être donné et reçu que si nous sommes enracinés dans l’amour du Christ qui nous appelle à aller plus loin. Pardonner l’autre c’est lui remettre sa dette mais pas d’une manière superficielle ! Il est nécessaire le faire « du fond du cœur », sans calculer ! Et c’est parce que c’est un chemin difficile que nous avons besoin de l’aide du Seigneur pour nous y conduire ! Car tout seuls nous ne pouvons pas grande chose ! Pardonner ce n’est pas oublier ! C’est savoir regarder la blessure et nous rendre compte qu’elle ne nous fait plus mal ! La trace est là, le souvenir est là, mais ce n’est plus douloureux ! Pardonner du « fond du cœur » c’est recevoir cette libération qui nous vient de ce don par amour qui est la pardon !

 

(Si 27, 30-28,7 ; Ps 102 ; Rm 14, 7-9 ; Mt 18, 21-35)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :