Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélies, toutes les semaines (ou presque) et d'autres réflexions, quand je peux!

Homélie du 2ème dimanche de l’Avent | Année B | 2020/21

La semaine dernière Jésus nous invitait à veiller. Autrement dit, à prendre le temps pour contempler autour de nous l’œuvre de Dieu et sa présence dans le monde. L’évangile d’aujourd’hui commence par l’annonce d’une prophétie du prophète Isaïe qui annonce la venue de celui qui préparerait le chemin du Seigneur qui devrait venir pour consoler son peuple. Et sans transition, on nous parle de la figure de Jean, qui, dans le désert, invitait à la conversion, au changement de vie. La prophétie donnée quelques siècles auparavant, a été comprise : le Seigneur vient ! La promesse sera accomplie !

La lecture du livre du prophète Isaïe que nous venons d’entendre, s’ouvre par cette belle formule : « consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. » Assez étonnante, si nous la regardons de près. Puisque c’est une demande, une invitation de Dieu lui-même. Comme un cri déchirant d’un Père qui aime ses enfants et qui vient, à travers ses messagers, dire à son peuple que tout est effacé. Que le pardon a été donné. Que la vie peut reprendre. Parfois, sur notre chemin de vie, lorsque nous sommes dans une traversée difficile, nous avons, nous aussi, besoin d’entendre : « tout va bien se passer ! » « Un jour tout cela finira… » « tout finira bien. » C’est un besoin que nous éprouvons et lorsque quelqu’un nous le dit cela avec sincérité, même si nous savons qu’il ne peut rien changer à la situation, nous sommes consolés, d’une manière ou d’une autre, et nous poursuivons notre chemin.

Et c’est cela que le Seigneur veut nous faire voir dans cette parole. Lui, lui il peut tout changer. Lui, il peut nous dire cela, non seulement avec sincérité mais avec assurance, car « tout finira bien », si notre cœur est tourné vers Lui et si nous mettons en Lui, notre foi ! C’est une parole que nous avons besoin d’entendre aujourd’hui. Pour chacun de nous, dans cette traversée que nous vivons, mais surtout à vous deux, qui avez décidé de mettre vos pas sur celui du Seigneur en demandant le baptême. Par votre démarche, vous nous rappelez que Dieu est à l’œuvre dans les cœurs. Qu’il nous attend chacun de nous pour que nous puissions poursuivre le chemin avec Lui. Il nous rappelle qu’il se fait proche de chacun et en même temps, qu’il nous dépasse. Mais dans tous les cas, il veut rencontrer chacun de nous. Il veut que nous entrions dans sa propre vie.

Il est plus facile de céder à la tristesse, au découragement, au doute ! Alors que nous sommes appelés à être des « consolateurs. » Et cette parole qui nous est adressée à travers le prophète, est pour chacun de nous un appel. « Consolez, consolez mon peuple. » Et c’est beau, parce que, dans l’Evangile que nous avons entendu, Jean nous dit que celui qui viendra, Jésus, nous baptisera dans l’Esprit. L’Esprit Saint. Et qu’elle est la mission première de l’Esprit Saint après l’Ascension de Jésus ? Celle de consoler ! Par notre baptême, l’Esprit Saint nous est donné pour que nous soyons des disciples capables de répondre, à notre tour, à l’appel de Dieu fait aujourd’hui : « Consolez, consolez mon peuple… » Malgré les apparences, Dieu ne nous abandonne pas. Il marche avec nous ! Il nous invite à le suivre. Il nous relève et nous donne sa force, car il nous aime d’un amour immense, qui a été capable de prendre notre propre humanité. Et si nous avons cette certitude et cette Espérance, ce n’est pas parce que nous sommes de privilégiés, mais parce que le Seigneur « prend patience envers nous, car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous, parviennent à la conversion. » Autrement dit, il veut que chacun ait la chance de laisser son cœur être transformé !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :