Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
EL PADRE - le blog du père Emmanuel

Homélies, toutes les semaines (ou presque) et d'autres réflexions, quand je peux!

Homélie pour la solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie | 2021

|Gn 3, 9-15.20 ; Ps 97 ; Eph 1, 3-6.11-12 ; Lc 1, 26-38|

« Rien n’est impossible à Dieu » Voilà ce que l’ange dit à Marie face à ses questionnements sur comment elle pourrait devenir la mère du Fils de Dieu. « Rien n’est impossible à Dieu ». Voilà ce que notre cœur de croyants se dit lorsque nous traversons une tempête, une épreuve. Il y a cependant une chose qui lui est impossible, à Dieu : il lui est impossible de ne pas nous aimer ! Et l’immaculée conception de Marie est le signe de cet amour infini de Dieu envers chacun de nous.

A travers cette jeune femme de Nazareth, pauvre, toute simple et infiniment aimée, Dieu nous manifeste, à chacun de nous, son amour et sa miséricorde. Son amour et son cœur penché sur chacun de nous. Même si parfois , comme Adam, nous nous cachons de Dieu.

Alors que nous pouvons avoir honte de nos nudités existentielles, c’est-à-dire, honte de ce qui nous fait nous sentir marginalisés, exclus ou de ce que nous faisons pour exclure ou marginaliser… à travers cette jeune femme, le Seigneur vient nous offrir la grâce de l’Espérance. Alors que tout semblait perdu pour une humanité qui avait oublié l’essence même de son existence : l’amour et la compassion, Dieu se présente, à travers l’ange, devant Marie pour lui rappeler que tout est possible à celui qui croit. Et elle a cru! En sachant bien que la foi ne nous fait pas entrer dans un monde de facilités, mais dans un monde de possibilités.

Aujourd’hui nous sommes parfois face à des évènements où à des réalités qui nous font parfois oublier ce pourquoi nous sommes ici. Et nous devenons victimes de nos propres peurs, victimes de nos étroitesses de cœur. Nous devenons parfois victimes de nous-mêmes et de nos opinions parfois bien tranchées… et nous oublions nous aussi l’essence même de notre pèlerinage sur cette terre : l’amour et la compassion. Chacun de nous, nous avons ce que nous ne voulons pas laisser voir aux autres. Nos « nudités » spirituelles, humaines, et existentielles que nous voulons cacher de Dieu lui-même, parce qu’elles nous font ressentir de la honte, parfois. Alors que c’est justement le contraire que le Seigneur attend de nous. Que nous nous présentions devant lui comme nous sommes. Que nous lui montrions nos propres fragilités et vulnérabilités. Que nous n’ayant pas honte de notre humanité. Nous pouvons nous montrer tel que nous sommes devant le Seigneur parce que son regard sur nous sera toujours comme celui qu’il a posé sur Marie. Un regard d’amour. D’un amour qui responsabilise. Un regard d’Espérance. D’une espérance qui nous relève. Un regard de Compassion. D’une compassion qui dilate notre propre cœur pour que nous nous mettions alors dans le chemin sur lequel nous sommes attendus nous-mêmes : celui de l’amour. Car « il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour. »

Ce que nous célébrons aujourd’hui est la victoire de Dieu sur le mal apparent. Ce que nous célébrons c’est le désir de Dieu sur chacun de nous. Et de même que Marie a été choisie pour porter à toute l’humanité cette bonne nouvelle de l’amour de Dieu, chacun de nous, nous sommes aussi appelés et choisis par Dieu pour porter à notre humanité blessée et désireuse de d’Espérance, le témoignage d’une transformation qui change notre regard sur les autres et sur le monde. Soyons alors apôtres de cette bonne nouvelle pour nous et pour le monde. « Rien n’est impossible à Dieu. » Et si rien n’est impossible à Dieu, ça veut dire que tout, absolument tout, est possible par l’amour et dans l’amour qui accueille, transforme, relève et redonne vie !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article