Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Homélies, toutes les semaines (ou presque) et d'autres réflexions, quand je peux!

Homélie pour la Veillée Pascale | Année C | 2022

|Evangile – Luc 24, 1-12|

Ils ont vu des miracles. Ils l’ont vu marcher sur l’eau. Ils l’ont contemplé dans sa prière. Certains l’ont vu transfiguré. Ils ont entendu ses enseignements. Ils avaient tout pour « croire » sans aucune peine. Et lorsque les femmes sont revenues du tombeau ouvert et vide, en affirmant que deux hommes avec des habits éblouissants leur avaient dit que Jésus était ressuscité, ils ont trouvé leur propos délirant.

Après trois jours d’attente, pendant lesquels nous avons traversé le mystère le plus profond de la foi chrétienne, nous voici au gran finale ! Jésus est ressuscité ! Et pour la plus grande surprise de tous ceux qui le suivaient, et la notre, le dénouement de l’histoire est d’une discrétion inouïe. Pas de bruit. Pas de témoins. Pas de feux d’artifices… seul le silence.

Toute l’histoire du peuple d’Israël est une histoire qui prépare à ce grand moment de la résurrection. Nous l’avons entendu dans les lectures de cette nuit. Nous avons entendu le récit d’une relation d’un Dieu avec son peuple. Une relation qui est passée par diverses épreuves, doutes, mais dans laquelle nous voyons la grande fidélité de Dieu face à la pauvreté et à la fragilité humaine. De la Parole créatrice de la Genèse, au « me voici » d’Abraham et jusqu’à la promesse d’un cœur nouveau, nous sommes témoins d’un Dieu qui persévère dans l’amour. D’un Dieu qui va jusqu’au bout pour sauver sa création. Sauver de quoi ? Ou de qui ? Nous pourrions déployer ici une théologie du salut, mais nous n’en avons pas le temps. En un mot, Dieu vient sauver l’être humain de lui-même. Sauver de son égoïsme et de sa peur d’aimer et de se laisser aimer. Conséquences du péché qui nous guette et qui veut nous rendre prisonniers.

Les propos des femmes semblaient délirants car les disciples n’avaient certainement pas encore compris la puissance de Dieu. La puissance de l’amour de Dieu. Pour autant, il est venu les chercher au bord d’un lac ou sur un bureau d’impôts. Il est venu les toucher et donner un nouveau sens à leur existence. J’aime imaginer ce qui s’est passé dans la tête de ses femmes. Elles devaient les regarder avec un petit sourire en se disant que, de toute manière, à la fin, ils allaient voir qu’elles avaient raison.

Mais aujourd’hui encore, dans notre société, ces propos semblent délirants. Comment les chrétiens peuvent croire en quelque chose de si absurde ? La Résurrection ? A part les évangiles, nous n’avons pas de preuves tangibles de cet événement… toutefois, nous avons le témoignage de tant de personnes qui ont tout quitté pour suivre ce Jésus. Tant d’hommes et des femmes qui ont changé le monde par le simple fait de croire au témoignage de ces femmes partis « à la pointe de l’aurore ». Les disciples avaient la présence physique du Christ. Nous, nous avons le Christ qui se rend présent par le témoignage de ceux qui le suivent. Par notre témoignage. Depuis le mercredi de cendres nous nous préparons pour ce moment. Célébrer la résurrection du Christ. Alors, pour nous, qu’est-ce que cela change dans notre vie, concrètement ? Nous quittons ce temps d’attente. Les rideaux de l’éternité se sont ouverts devant nous. Nous avons entendu toute l’histoire de notre salut. Notre histoire de famille. Comment voulons-nous quitter cette église ? Comme si nous avions regardé un spectacle, ou comme partie prenante de ce projet ? Tout à l’heure nous allons renouveler les promesses de notre baptême. Nous allons redire que nous participons à la dignité du Christ de « prêtre, de prophète et de roi ».

Et si nous décidions, ce soir, de porter le monde dans notre prière, d’annoncer, par notre témoignage, la puissance de la Vie jaillie du tombeau et de nous mettre au service, comme le Christ nous l’a demandé le soir du jeudi saint ? Être acteurs de notre baptême qui nous a plongé dans la vie du Christ. Pour transformer la vie du monde. C’est peut-être délirant, pour certains, de croire en la Résurrection de Jésus. Mais c’est parce qu’il est ressuscité que notre vie prend un sens nouveau, pétrie d’Espérance même si parfois cette vie est traversée par des épreuves et des difficultés. Mais le Christ est ressuscité. L’amour nous a aimé le premier et a donné sa vie pour chacun de nous !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article